« Nous allons poursuive les initiatives de transparence »

L’Assemblée nationale a adopté le dimanche 6 décembre 2020 à la majorité, le projet de budget du Ministère du Pétrole et des Energies pour l’année 2021, présenté par la Ministre Mme Sophie GLADIMA. Il est arrêté à 1.011.122.802.941 FCFA pour les autorisations d’engagement et à 210.363.658.201 FCFA pour les crédits de paiement contre 255.396.691.327 FCFA en 2020 pour ces mêmes crédits, soit une baisse d’environ 45 milliards de FCFA en valeur absolue et 17,6% en valeur relative.  Les débats ont tourné autour de l’accès universel à l’électricité, l’élargissement des lampadaires solaires à toutes les communes, la SAR, Senelec et les projets d’hydrocarbures. La Ministre a promis de documenter toutes les questions en apportant des réponses par écrit.

Pour l’exercice 2021, le budget du ministère du Pétrole et des Energies est structuré autour de quatre programmes portant notamment sur « l’optimisation du système d’offre d’électricité, l’électrification rurale et les énergies renouvelables, la sécurisation de l’approvisionnement en hydrocarbures et les combustibles domestiques ».

Le pilotage, la coordination et la gestion administrative sont bien inscrits dans les programmes. 

Pour la Ministre du Pétrole et des Energies, qui répondait aux questions des députés, le pari de la disponibilité de l’électricité a été gagné, malgré les impacts de la COVID-19. « Pour la production, le pari de la disponibilité de l’énergie a été gagné avec une puissance totale de 1350 mégawatts (MW) d’ici la fin de cette année contre 1249 MW en 2019 grâce notamment aux nouvelles réalisations, essentiellement en énergies renouvelables », a-t-elle déclaré. 

Elle a rappelé que « ces projets porteront ainsi notre offre d’énergie propre à 456 MW en fin 2020, soit un taux d’énergie propre de 34% incluant l’énergie hydroélectrique issue des barrages de Mamantali et de Félou dans le cadre de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS) ». Concernant l’électrification rurale, la Ministre a rappelé que 4325 localités ont été électrifiées en fin 2019, faisant passer le taux d’électrification rurale à 53,9% contre 43,2% en fin de 2018, soit un bond de 10 points. Ce taux pourrait atteindre les 60% en fin 2020 a fait savoir la Ministre.

Poursuivre les réformes pour arriver à l’accès universel 

Pour le programme de l’éclairage public par voie solaire, 42.500 lampadaires ont été installés sur les 50.000 prévus. « Le succès de ce programme a fait que le Président de la République a décidé, à la suite de la forte demande des maires, de commander 100.000 autres lampadaires solaires pour répondre aux sollicitations des populations » a renseigné la Ministre.

En ce qui concerne les hydrocarbures, la Ministre a informé que le gouvernement est en train de travailler sur la stratégie gas to power pour arriver, à terme, à renforcer le mix énergétique et à faire baisser les coûts de production de l’électricité et par conséquent, les prix. « Les centrales de Senelec seront converties au gaz pour arriver à une baisse des prix de production et, par ricochet, du prix de l’électricité. Nous y arriverons avec l’arrivée du gaz local à l’horizon 2023 », a fait savoir la Ministre. L’un des objectifs principaux du gouvernement est d’arriver à l’accès universel à l’électricité à l’horizon 2025.

Mme Sophie GLADIMA a par ailleurs rassuré les députés sur l’exploitation future du gaz et du pétrole. « Toutes les dispositions sont prises pour préserver les intérêts de l’Etat à travers Petrosen, le Ministère et le COS PETROGAZ », a-t-elle déclaré. « Nous allons poursuivre les initiatives de transparence, achever les réformes et promouvoir le contenu local pour plus de création d’emplois » a ajouté la Ministre.