Mettre l’accent sur le suivi-évaluation

LETTRE DE POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE L’ENERGIE

Makhtar Cissé invite les acteurs à mettre l’accent sur le suivi-évaluation

Le Ministre du Pétrole et des Energie M. Mouhamadou Makhtar Cissé a présidé le vendredi 25 octobre 2019, un atelier de restitution et de validation du plan d’actions de la Lettre de Politique de Développement du Secteur de l’Energie (LPDSE 2019-2023). Cet atelier a réuni l’ensemble des acteurs du secteur ainsi que les partenaires techniques et financiers ; Une occasion saisie par le Ministre pour rappeler la vision stratégique du Sénégal en matière d’accès universel à l’électricité et surtout le suivi-évaluation des projets.

Dans son discours le Ministre est revenu sur l’importance du processus participatif avec les acteurs du gouvernement, de la société civile, du secteur privé et des organisations de consommateurs, qui ont tous été mis à contribution pour l’aboutissement de la LPDSE. « Cette stratégie énergétique permettra de consolider les acquis mais aussi et surtout de mettre en place l’écosystème devant permettre de tirer le meilleur avantage de nos ressources », a souligné le Ministre.

Il a ainsi rappelé la place centrale qu’occupe l’énergie dans le Plan Sénégal Emergent. « Dans le secteur de l’énergie, la projection axée sur la vision globale du Plan Sénégal Emergent, c’est l’accès généralisé à une énergie durable et à un coût supportable pour les ménages et pour les entreprises. Cette vision globale doit nous pousser à faire de l’énergie le fondement de notre émergence », a encore déclaré le ministre du Pétrole et des Energies.

Le PSE est en effet le référentiel de la politique économique et sociale sur le moyen et le long terme, visant à garantir un accès large et fiable à une énergie de qualité et bon marché.

Le secteur de l’énergie, selon le document stratégique présenté dans le cadre de la LPDSE, est confronté à quatre (4) défis majeurs. Il s’agit de la mise en place des préalables à la production du pétrole et du gaz local et de la sécurisation de la logistique d’approvisionnement en hydrocarbures du pays ; de l’accès universel et durable à des services de l’électricité à moindre coût (Gas to Power, ENR et Extension Réseaux) ; de la sécurisation de l’approvisionnement des ménages en énergie durable et optimale de cuisson et du parachèvement de la réforme du cadre légal et réglementaire du secteur et l’amélioration du dispositif de pilotage, de régulation et de suivi – évaluation.

La LPDSE 2019-2023 est conçue pour surmonter ces difficultés. Elle est ainsi bâtie autour d’une vision globale, d’un Objectif, de cinq valeurs fortes et de 4 orientations stratégiques. La vision est d’avoir une énergie durable, de qualité, respectueuse de l’environnement et fondement de l’émergence du pays, avec comme objectif global de renforcer l’accès de tous à une énergie en qualité et quantité suffisantes à moindre coût et durable.

Elle repose sur cinq valeurs que sont la performance, la transparence, la durabilité, l’équité et l’égalité de genre. Quant aux orientations stratégiques, il s’agit de la sécurisation de la production et de l’approvisionnement en hydrocarbures, l’accès à l’électricité avec une qualité et une continuité de service à moindre coût et de façon durable, l’accès des populations aux combustibles modernes de cuisson et le renforcement du financement, de la gouvernance, de la régulation et du suivi-évaluation.

Plaidoyer pour le monde rural

Sur ce dernier point, le Ministre a mis l’accent sur la nécessité d’avoir une bonne planification et un suivi-évaluation rigoureux. « L’aspect le plus important, dans ce processus, est le suivi-évaluation qui permet de s’approprier les projets, de les encadrer, d’exécuter, d’évaluer et de mesurer l’impact que ces projets ont eu sur notre économie et la vie des populations. C’est ça le défi que nous devons relever », a expliqué le Ministre. Pour Makhtar Cissé, rechercher des financements ne pose pas de problème, si on a une bonne planification. « Les financements ne posent pas de problème ; la preuve, à chaque fois que le Sénégal est allé sur la scène internationale pour chercher des financements, il est revenu avec des sommes au-delà des objectifs », a informé le Ministre. Selon lui, « quand vous avez un bon plan, généralement vous avez un financement parce que ce n’est pas l’argent qui manque dans le monde, ce sont les bons projets parfois qui font défaut. C’est plutôt sur le suivi-évaluation qu’il faut mettre l’accent », a renchéri le Ministre.

Le ministre a également fait un vibrant plaidoyer pour le monde rural, notamment pour améliorer les conditions de vie des femmes, avec l’introduction du biogaz domestique, pour lutter contre la dégradation de l’environnement et la préservation de leur santé. Pour le ministre, il faut améliorer les techniques de cuisson pour les populations qui, selon lui, continuent à aller chercher du bois, avec les risques que cela comporte pour leur santé. Il a ainsi appelé au renforcement du programme de promotion du biogaz domestique. L’introduction du biogaz peut amorcer le début d’une petite économie locale avec le gaz pour la cuisson, l’éclairage et la production d’engrais pour améliorer les rendements agricoles, a-t-il fait savoir.

Le processus d’élaboration de la LPDSE 2019-2023 a été fortement appuyé par la coopération allemande à travers la GIZ, comme l’a rappelé l’ambassadeur d’Allemagne au Sénégal, présent à la cérémonie. M. Stephen Röken a ainsi réaffirmé l’intention de son pays à œuvrer pour le renforcement de la politique énergétique et le développement du secteur au Sénégal.  Près de 200 millions d’euros dont plus de 80 millions sous forme de dons ont été injectés par ce pays dans le secteur de l’énergie, ce que le Ministre n’a pas oublié de magnifier dans ses propos.