L’AFRIQUE DOIT ALLER UNIE A LA COP 27 POUR DEFENDRE SES INTERETS SELON LE MPE

Au deuxième jour de la conférence-exposition MSGBC Oil, Gas & Power 2021 tenue du 16 au 17 décembre 2021 au CICAD, c’est Mme Aissatou Sophie GLADIMA, ministre du pétrole et des énergies qui a ouvert les débats avec un message appelant l’Afrique à aller unie à la conférence climat COP 27 en 2022. « C’est ensemble que nous trouverons les solutions face aux défis qui nous interpellent aujourd’hui et ceux à venir. Nous devons être unis dans notre vision et nos ambitions pour plaider ensemble notre cause quand nous nous dirigerons vers la COP 27 en 2022 ». Le Ministre du Pétrole et des Energies donne ainsi un écho aux propos de la veille du président Macky SALL qui a insisté à l’ouverture de la conférence pour que l’Afrique puisse continuer à exploiter ses ressources fossiles pour l’accès de ses populations aux sources d’énergie notamment l’électricité mais aussi et surtout pour son industrialisation.

Selon le Ministre du Pétrole et des Energies, avec le Président Macky SALL à la tête de l’Union Africaine en 2022, l’occasion est toute belle pour « y aller avec une voix africaine commune, pour défendre les intérêts et la vision de l’Afrique pour les années à venir en ce qui concerne cette transition énergétique ».

Le ministre a par ailleurs évoqué les opportunités à saisir au Sénégal avec le développement en cours des projets pétroliers et gaziers non sans insister sur le souhait de voir « l’exploitation de ces ressources naturelles être une bénédiction pour notre pays ».  

Elle s’est ensuite réjouie de la qualité des débats tenus au cours des panels qui ont abordé beaucoup de sujets qui intéressent aujourd’hui le secteur. Elle a particulièrement apprécié le débat posé sur le rôle des femmes dans le secteur. « C’est aussi avec grand plaisir que je célèbre toutes les femmes qui participent à ces panels. L’augmentation du nombre de femmes dans le secteur de l’énergie est fondamentale pour l’avenir de l’industrie et j’appelle les formateurs et les éducateurs à aider à inciter les jeunes africaines à prendre leur place dans ce grand secteur », a-t-elle conclu.