Une matérialisation du contenu local cher au Président Macky SALL
Le Ministre du Pétrole et des Energies a procédé ce mercredi 31 mars, au Cap des biches, à la pose de la première pierre d’une centrale électrique de 300 Méga Watts. A l’initiative de West African energy un consortium regroupant des privés nationaux, cette centrale va couter près de 220 milliards de francs CFA. La cérémonie a vu la participation des promoteurs du projet, des partenaires techniques et financiers, des autorités administratives, locales et d’une foule nombreuse.

Le fait est historique et tous les orateurs ont tenu à le souligner. C’est la première fois que notre pays va se doter d’une centrale électrique de 300 Méga Watts. Qui plus est, l’infrastructure est initiée par des investisseurs nationaux avec des capitaux entièrement sénégalais. En lançant les travaux de construction qui doivent s’achever en juin 2022, le Ministre du Pétrole et des Energies a fait remarquer que ce gigantesque projet est aussi « le reflet du parcours et de la vision éclairée du chef de l’Etat Macky SALL puisqu’il vient matérialiser la politique du contenu local qu’il a mise en place ». Mme Aissatou Sophie GLADIMA a d’ailleurs remercié le secteur privé pour sa capacité à accompagner cette vision du chef de l’Etat déclinée dans le PSE avant d’ajouter qu’à travers ce type de projet le Sénégal « vise l’indépendance énergétique, la réduction des couts de production et l’accès universel à une énergie propre dès 2025 ». En outre, « ce projet permettra de conforter nos capacités de production tout en réduisant les consommations de combustibles grâce aux performances attendues du fonctionnement des unités au gaz. Il jouera également un grand rôle dans notre empreinte carbone ». La nouvelle centrale est prévue pour fonctionner au gaz local attendu des projets GTA, Sangomar et Yaakar Teranga à partir de 2023.

La nouvelle centrale prévue pour fonctionner au gaz
Le Président du Conseil d’Administration de West African Energy, Samuel Ahmet SARR a pour sa part remercié Mme le ministre pour son appui. Il a surtout salué son engagement et sa compétence qui ont été déterminants dans l’aboutissement de ce projet. Samuel SARR a réservé une mention spéciale au président Macky SALL « sans qui cette centrale ne verrait jamais le jour ». Revenant sur les aspects techniques du projet, Samuel SARR a indiqué que « généralement, il faut entre 3 et 5 ans pour boucler un tel type de projet. Mais grâce à l’engagement des membres du consortium et de leurs partenaires techniques et financiers, tout à était bouclé rapidement et malgré le contexte de covid ». C’est la preuve dira-t-il « de leur engagement à répondre à l’appel du Président de la République dans un élan de patriotisme pour l’essor du contenu local ». D’ailleurs WAE a fini de négocier les contrats d’achat d’électricité avec la Senelec. Dans la phase chantier, la centrale va créer 450 emplois directs et 600 emplois indirects. Quand elle sera fonctionnelle, la centrale pourra réduire de 40% les couts de production de l’électricité selon Samuel SARR.

Pour le directeur général de Senelec, «le futur électrique du Sénégal est prometteur. Rien ne sera plus comme avant car les sénégalais sont désormais au cœur de l’action et pas seulement comme des consommateurs ». En effet de l’avis de Papa Demba BITEYE, ce projet promeut une nouvelle culture énergétique avec cette synergie remarquable d’acteurs et d’opérateurs sénégalais dans un domaine aussi pointu. Il ajoute que « depuis 2012 le Sénégal a amorcé un virage dans le domaine de l’énergie. Avec le mix énergétique et l’accès universel prévu en 2025, c’est la vision que le président de la république s’attèle à mettre en œuvre ».

Pour la réalisation de ce projet, WAE s’est entouré de partenaires techniques expérimentés. Il s’agit du groupe Turc CarliK Enerji et de l’américain General Electric. Le volet financier est assuré par Africa Finance Corporation et Coris Bank international. Les PDG de Calik, de General Electric et de AFC ont marqué de leur présence la cérémonie. Ils ont tous réitéré leur engagement à accompagner les sénégalais jusqu’à l’aboutissement de ce projet.
Magnifiant ce partenariat, le président du CNP Baidy AGNE dira qu’il s’agit là « d’une rupture dans ce qui se faisait jusque-là dans le financement du secteur de l’énergie ». Pour lui « il n’y a pas d’antagonisme entre contenu local et investissement direct étranger. Entre les deux il doit y avoir une complémentarité ».
Dans son discours de bienvenue le maire de Rufisque ouest qui a accueilli la cérémonie s’est réjoui de la mise en place du consortium WAE. Pour Alioune MAR « c’est une équipe nationale dans le domaine de l’énergie ». La réussite de cette équipe donnera le courage de s’engager à d’autres. Rendez-vous est donc pris pour juin 2022 !