PRESENTATION DE LA STRATEGIE DE COMMUNICATION

Le MPE engage la communication sur les projets pétroliers et gaziers.

Le Ministre du Pétrole et des Energies Mme Aissatou Sophie GLADIMA a présidé le jeudi 6 Mai 2021 au Building administratif la réunion de restitution de la stratégie globale de communication sur les projets pétroliers et gaziers du Sénégal. Cette stratégie, élaborée en collaboration avec le groupement Luqman West Africa- Afrique Communication (LWA-AC), est le fruit d’un long processus ayant impliqué les communicants du ministère, les autres ministères et institutions de la république impliqués dans les projets. Il a fait l’objet d’une co-construction à la suite d’un sondage national et d’une enquête d’opinion auprès des communautés des zones d’emprise, pour disposer d’une situation de référence. Tout ce travail a été soutenu par le projet d’appui aux négociations des Projets gaziers et de renforcement des capacités institutionnelles financé par la Banque Mondiale et dont la gestion est confiée au GES PETROGAZ logé au MPE.

Ouvrant les travaux Mme le MPE s’est réjouie de cette opportunité qui « permet de discuter de la stratégie de communication qui va être déroulée pour accompagner la gouvernance des projets pétroliers et gaziers ». Elle a ensuite donné la parole à M. Barthelemy SENE, conseiller technique en communication du ministère qui, à son tour, a rappelé brièvement le processus ayant conduit à l’élaboration de la stratégie. Selon le CT COM « cette stratégie devrait permettre au MPE de reprendre la main sur la communication. En somme, le MPE devrait désormais prendre le lead sur la communication en ayant l’initiative de l’information ».
M. Thiendou NIANG du groupement LWA-AC insistera pour sa part, dans sa présentation, sur l’aspect participatif du processus qui aura duré 14 mois. « Au-delà du MPE, des autres ministères et institutions, les populations ont participé activement à l’élaboration de ce document » dira-t-il. Une enquête a été réalisée sur un échantillon de 3000 personnes, représentatif de l’ensemble des groupes de la population sénégalaise. De même, une consultation des populations (Groupe femmes, hommes et jeunes) des zones d’emprise des projets a été réalisée par le groupement au niveau des sites de Guet Ndar, Goxu Mbath, Cayar, Joal, Dionewar, Bassoul, Foundiougne, Ziguinchor et Kafountine.

Les résultats de cette enquête et des consultations ont permis d’avoir une situation de référence à partir de laquelle la stratégie a été élaborée. Selon M. NIANG « la première conclusion de cette étude diagnostic révèle une forte demande d’information des sénégalais sur le pétrole et le gaz ». Ensuite une forte demande de transparence est exprimée par les populations. Dans les zones d’emprises des projets, beaucoup de craintes sont exprimées quant à l’avenir de leurs activités mais également beaucoup d’attentes sont formulées en termes d’emploi local, de fiscalité, d’infrastructure de base, de redistribution des revenus, de soutien à l’éducation, à la santé, etc…
L’autre faiblesse notée par l’étude diagnostic est l’insuffisance des moyens surtout financiers affectés à la communication. S’y ajoute le déficit de compétences en communication digitale qui est devenue aujourd’hui incontournable.
Mais pour le groupement LWA-AC, cette première photographie est tout à fait normale, puisque le Gouvernement n’a pas encore réellement entamé la communication sur les projets pétroliers et gaziers. Tous les outils étant mis en place, le groupement LWA-AC recommande donc aux cadres du MPE de s’approprier désormais de la communication sur les projets pétroliers et gaziers, pour apporter la bonne information aux populations.

Ce sur quoi Mme le Ministre du Pétrole et des Energies s’est résolument engagée : « quelques contraintes ont fait que nous n’avions pas encore engagé la communication très tôt ; il s’agit du travail technique autour des projets pétroliers et gaziers qu’il fallait faire pour s’assurer de leur exécution à temps, mais également et surtout de la disponibilité de cette situation de référence qui nous permet d’adresser véritablement la problématique, sur la base des attentes, des craintes, des besoins, des questionnements et des orientations des populations, ce que nous venons d’avoir. A cela s’est ajoutée la situation sanitaire qui a affecté tout le monde et qui a ralenti le projet. »